Aller au contenu principal

Les créances impayées ont atteint 70 milliards de dirhams

Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al-Maghrib a déclaré mercredi lors du séminaire sur le financement de l’économie nationale organisé à Rabat que les créances impayées ont plus que doublé au cours des dix dernières années, pour atteindre 70 milliards de dirhams en 2019. Les créances impayées constituent 7,7 % de l’ensemble des créances, soit 10 % pour les entreprises et 8% pour les ménages tandis que le taux des créances impayées a atteint plus de 20 % dans les secteurs du textile, du tourisme et des matériaux de construction.

Par Mohamed L., Publié le 31/01/2020, mis à jour le 31/01/2020
Teaser Media
Abdellatif Jouahri

Une fois n’est pas coutume, Abdellatif Jouahri s’est rendu mercredi au parlement afin de prendre part au séminaire de l’économie nationale. Il en a profité pour donner quelques chiffres sur la situation actuelle des banques. Ainsi, le Wali de Bank Almaghrib a souligné que les créances irrécouvrables ont augmenté de plus de 100% au cours de la dernière décennie pour dépasser les 70 milliards de dirhams, rapporte le quotidien arabophone Al Massae ce vendredi.

Jouahri a indiqué que ces créances constituent 7,7% de l’ensemble des créances, soit 10% pour les entreprises et 8% pour les ménages. Il a également souligné que le recouvrement des crédits bancaires n’est pas une tâche facile, en raison des procédures judiciaires qui n’aident pas à la résolution de ce problème.

Selon lui, le taux des créances impayées a atteint plus de 20 % dans les secteurs du textile, du tourisme et des matériaux de construction. Abdellatif Jouahri a, en outre, précisé que les banques sont actuellement « en train d'étudier, sous la supervision de Bank Al-Maghrib, un ensemble de mesures visant à réduire le nombre de créances douteuses, notamment par le biais du processus de cautionnement ».

Connu pour son franc-parler, Jouahri n’a pas hésité à critiquer les parlementaires au sein même de leur enceinte. Il a déclaré que ces derniers ne prêtent pas main-forte au ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Benchaaboun, dans le cadre de la réforme du secteur financier, rapporte Assabah dans son numéro du 31 janvier 2019.

La même source affirme que les propos de Jouahri ont provoqué plusieurs réactions de la part des parlementaires notamment celle de Addi Bouarfa, député du PAM. Ce dernier a souligné que l’opposition facilite le passage des projets de loi tandis que la majorité vit des tensions internes qui empêchent l’approbation de ces mêmes textes. Chose à quoi, Jouahri a répondu : « Dans ce genre de cas, l’opposition et la majorité disparaissent, il n’y a plus que le sentiment d’appartenance à la nation qui règne. Sans lui, rien n’est possible ».

 

 


  • Partagez

La BMCI digitalise son rapport de Responsabilité sociale des entreprises

La BMCI est la première banque marocaine à lancer sa plateforme digitale de reporting pour la Respo...

Les impayés montent en flèche dansles compagnies d’assurance

Sur la période de janvier à mai 2020, le taux d’encaissement des entreprises d’assurances a baissé ...

Ce que réserve le contrat-programme aux opérateurs touristiques

Un contrat-programme a été signé ce jeudi 6 août entre le ministère des Finances, le ministère du T...

Covid-19 : le taux de chômage au Maroc atteint son plus haut niveau depuis 2001

La pandémie du nouveau coronavirus et la crise économique qui en résulte dévastent les marchés du t...

Relance économique : la machine est en marche

Le Comité de veille économique (CVE) s’est réuni ce jeudi 6 août 2020 pour mettre en œuvre les orie...

Échanges extérieurs : allègement du déficit commercial au premier semestre

Ce vendredi 7 août, le quotidien Aujourd’hui Le Maroc a détaillé l’activité de l’export enregistrée au titre des six premiers mois de l’année 2020 au Maroc. Selon le journal, l’Office des changes...