Aller au contenu principal

Sommet du G20 à Riyad : enjeux et perspectives

Le sommet du G20 est prévu ce 21 et 22 novembre à Riyad, capitale de l’Arabie Saoudite. La pandémie de la Covid-19 et ses conséquences sur l’économie mondiale seront bien évidemment au centre des débats ce week-end. Antonio Guterres, Secrétaire général de l’ONU, appelle les dirigeants du G20 à «prendre des mesures audacieuses pour éviter une dépression mondiale».

Par Mohamed L., Publié le 20/11/2020, mis à jour le 20/11/2020
Teaser Media
G20

Nouveau rendez-vous important pour les dirigeants les plus puissants au monde. Le G20 sera organisé pour la première fois en Arabie Saoudite. Le prince héritier saoudien Mohamed Ben Salmane présidera ce sommet qui sera organisé "virtuellement". Une fois n’est pas coutume, les dirigeants se verront sur des écrans. Le choix de l’Arabie Saoudite a été très critiqué par certains journalistes. En effet, de nombreuses voix ont appelé au boycott du G20 en raison des violations des droits de l'Homme par le royaume wahhabite, souligne Courrier international.

«Il n’est pas écrit que le pays qui accueille le G20 soit un modèle de respect des droits de l’Homme. Mais peut-on fermer totalement les yeux sur les pires abus lorsqu’on veut traiter des problèmes du monde?», déclare Pierre Haski, journaliste français sur son compte Twitter.

De son côté, Reporters sans frontières a lancé une campagne pour la libération de 34 journalistes avant la fin du sommet. Sur Twitter, l’ONG publie une grande photo des 34 journalistes arrêtés en Arabie Saoudite et un slogan : «Au pays du G20, ils sont encore 34».

 

«Éviter une dépression mondiale»

Antonio Guterres, Secrétaire général de l’ONU a appelé les dirigeants du G20 à prendre des mesures audacieuses pour éviter une dépression mondiale. Guterres affirme que la pandémie de la Covid-19 a «mis à nu les failles systémiques de nos sociétés, de notre système économique mondial et des institutions qui régissent le système international».

«Les conséquences sautent aux yeux : les inégalités s’accentuent, le fardeau de la dette pèse plus lourd plus que jamais et de plus en plus de familles, de communautés et d’économies ont besoin d’un soutien vital et se tournent vers les dirigeants de tous les pays, au moment où elles sont le plus dans le besoin», écrit le chef de l’ONU dans cette lettre, dont le contenu a été diffusé par son service de presse à New York.

Pour Guterres, le G20 «doit maintenant faire preuve d’une plus grande ambition et proposer des mesures plus audacieuses pour permettre aux pays en développement de faire face à la crise de manière efficace et éviter que la récession mondiale ne se transforme en dépression mondiale», a-t-il estimé.


  • Partagez

Fonds Mohammed VI : les financements seront bientôt activés

Le Conseil de gouvernement a approuvé ce jeudi 26 novembre 2020 le projet de loi n°76.20 relatif à ...

Automobile : voici les offres de fin d'année !

Au Maroc comme à l’étranger, le Black Friday est synonyme de promotions ! Pour cette année 2020, le...

Les jeunes, les mal-aimés du marché du travail

Depuis le début de l’année, plus de 357.000 personnes ont basculé dans le chômage. La population ac...

Contribution de solidarité, PLF, déficit budgétaire... les points marquants de la rencontre Benchaâboun-CGEM

Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration a re...

Tourisme : les transporteurs réclament un nouveau moratoire

Ce lundi 23 novembre, les responsables du ministère du Tourisme se sont réunis avec les professionnels du transport touristique et le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM). L’objectif d...

Inclusion financière : l'accès des TPE aux produits bancaires reste limité

La Banque centrale et le ministère de l’Économie et des Finances ont publié le premier rapport sur ...