Aller au contenu principal

Quotient électoral : toujours pas de consensus

Le quotient électoral continue de diviser les partis politiques à quelques mois de la tenue des élections législatives de 2021. Jusqu'à présent, le quotient électoral était obtenu en divisant le nombre de voix valides exprimées par le nombre de sièges disputés sur une circonscription donnée. La révision de ce mécanisme suppose que les votes valides soient remplacés par le nombre d’électeurs inscrits dans la circonscription en question. Pratiquement, tous les partis sont pour cette révision, à part le Parti de la justice et du développement (PJD). Les détails.

Par Mohamed L., Publié le 16/10/2020, mis à jour le 16/10/2020
Teaser Media
Parlement

Le bras de fer PJD/partis politiques se poursuit concernant le quotient électoral. La possible révision de ce mécanisme en vue des élections législatives prévues en 2021 crée une certaine tension entre les différents partis politiques. Alors que le PJD souhaite garder la forme utilisée lors des précédentes élections (division du nombre de voix valides sur le nombre de sièges sur une circonscription donnée), plusieurs partis seraient pour une révision de cette méthode. Ces derniers souhaitent remplacer les votes valides par le nombre total des citoyens inscrits sur les listes électorales.


 

Une révision qui porterait préjudice au PJD


Selon le360, le PJD rejette l'idée de la révision de cette méthode de calcul puisqu'elle risque de lui faire perdre des sièges, aussi bien au Parlement que pour les sièges communaux. Un constat partagé par Benyounes El Marzouki, professeur de droit constitutionnel et de sciences politiques à l’Université Mohammed 1er d’Oujda. Dans une déclaration accordée au magazine hebdomadaire Telquel, El Marzouki souligne que «Les résultats des législatives de 2016 ont montré que la méthode jusque-là adoptée est dans l’intérêt des grands partis, et conduit à une réelle polarité PJD-PAM (le premier a obtenu 125 sièges, le deuxième 102, NDLR), le troisième, l’Istiqlal, dispose de 60 sièges, soit la moitié du nombre du PJD».


Le magazine affirme que «c’est justement la méthode adoptée pour fixer le quotient électoral qui a donné ce type de résultat. Seuls les votes valides ont été comptabilisés en 2016, excluant les votes blancs, annulés ou contestés».


Abdallah Bouanou, président de la Commission des finances de la Chambre des représentants et maire de Meknès, qui participe aux consultations politiques, a précisé que son parti (PJD) était prêt à faire des compromis sur toutes les propositions qui sont sur la table, mais il est hors de question de toucher au quotient électoral.


Une réunion avec le Chef du gouvernement devrait permettre de trouver une solution consensuelle au quotient électoral, souligne le quotidien l’Économiste. Dans le cas contraire, le Parlement devra trancher.


 


  • Partagez

Ce qu’a dit El Otmani aux députés lors du grand oral

Le Chef du gouvernement Saad Dine El Otmani s’est présenté ce lundi après-midi devant les députés p...

Retraite : les conseillers veulent dissoudre leur caisse des pensions

Après que les députés ont annoncé leur volonté de mettre fin à leur régime de retraite, les conseillers ont à leur tour demandé à Hakim Benchamach, le président de la Chambre haute, d’organiser une ré...

Maroc-France : une coopération bilatérale en quête de renforcement

Gérald Darmanin, ministre français de l’Intérieur, a rencontré ce vendredi 16 octobre 2020 à Rabat ...

Quotient électoral : toujours pas de consensus

Le quotient électoral continue de diviser les partis politiques à quelques mois de la tenue des éle...

Sahara : le bras de fer entre l'ONU et le Polisario se poursuit

Antonio Guterres, Secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU), a de nouveau épingl...

Retraite des députés : un accord obtenu

Ce mercredi 14 octobre, Habib El Malki, président de la Chambre des représentants, a tenu une réunion avec les présidents des différents groupes parlementaires et des représentants de la Caisse nation...