Aller au contenu principal

PLF 2021 : des mesures en masse pour la relance économique

Le Conseil du gouvernement s'est réuni ce vendredi pour examiner le Projet de loi de finances (PLF) 2021 ainsi que trois projets de décret l’accompagnant. C'est la dernière étape au niveau de l'Exécutif avant sa présentation lundi prochain au Parlement. Une séance plénière commune entre les chambres haute et basse est programmée à 18 heures. Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Économie, des Finances et de la réforme de l’administration y présentera les principales dispositions du projet de Budget. Détails.

Par Mohamed L., Publié le 16/10/2020, mis à jour le 16/10/2020
Teaser Media
PLF2021

Après avoir exposé les orientations générales du Projet de loi de finances (PLF) 2021 mercredi devant le roi Mohammed VI lors du Conseil des ministres, Mohamed Benchaaboun fera la présentation du PLF lundi devant les parlementaires.


Le journal les Inspirations éco souligne dans son édition du vendredi 16 octobre 2020 que le PLF 2021 vise non seulement à «transcender les difficultés économiques et sociales générées par la crise sanitaire, mais aussi à construire les fondamentaux d’une économie compétitive et un modèle social plus inclusif». La relance économique est présentée comme la priorité de ce PLF. Ce dernier prévoit un taux de croissance de 4,8% et un déficit budgétaire de 6,5% du PIB.


 

Des programmes en faveur des entreprises


Comment relancer l’économie et par quels moyens ? Le Projet de loi de finances 2021 s’est penché sur les méthodes qui permettront au gouvernement de donner un nouveau souffle au tissu économique national tout en préservant l’emploi. Ainsi, afin d’encourager les entreprises à recruter, le PLF prévoit quelques facilités fiscales, à commencer par une exonération de l’impôt sur le revenu (IR) pour le recrutement des jeunes, rapporte Aujourd’hui le Maroc. Les salaires versés aux jeunes lors de leur premier recrutement seront exonérés de l’impôt sur le revenu pour 24 mois à condition que leurs contrats de travail soient à durée indéterminée (CDI).


 

Redynamiser Intelaka et Tahfiz


Un nouvel élan sera donné aux programmes «Intelaka» et «Tahfiz». Lancée en février dernier après des conventions multilatérales signées par le ministère de l’Économie, Bank Al- Maghrib (BAM) et le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM), le programme Intelaka vise à soutenir les entrepreneurs et les très petites et moyennes entreprises (TPME) à travers des crédits plafonnés à 1,2 million de dirhams avec un taux d’intérêt de 2% en milieu urbain et 1,75% en milieu rural. L’objectif est de permettre aux jeunes de passer un cap vers l’entreprenariat et leur faciliter l’accès au marché.


Pour sa part, le dispositif Tahfiz, qui sera relifté, prévoit la possibilité pour une société de limiter le coût social attaché au recrutement de ses dix premiers collaborateurs durant les deux premières années de création. Cela passe par une exonération de la part patronale relative aux cotisations de sécurité sociale (prise en charge par l’État) et une exonération de l'impôt sur le revenu.


 

230 milliards de dirhams pour l’investissement public


L’investissement public tournera autour de 230 milliards de dirhams, un budget «hors normes pour tacler la crise», juge le journal l’Économiste dans son édition du vendredi 16 octobre 2020. Même constat fait par nos confrères de Medias24 qui soulignent que cette enveloppe est en augmentation de 26% par rapport au budget d'investissement de 2020. Ce dernier était de 198 milliards de dirhams en 2020 avant d’être ramené à 182 milliards de dirhams dans la loi de finances rectificative. D’après un membre de la CGEM interrogé par la même source, ce budget est un bon signal adressé par le gouvernement à l’économie. «Ça montre qu’on ne sera pas dans une logique d’austérité, que l’État assumera sa responsabilité de premier investisseur et de principal moteur de la relance de l’économie. Il faut maintenant que l’on sache les détails de ces investissements, leur affectation, et surtout être sûr que ce qui est budgétisé sera exécuté».


Une chose est sûre, un long marathon attend ce PLF avant sa publication au bulletin officiel. Même si ces dispositions sont rassurantes pour les opérateurs économiques qui n'attendent plus rien de cet exercice 2020 mais qui fondent tous leurs espoirs sur l'année 2021.


  • Partagez

Reprise du marché international : Atlas Hospitality mobilise ses équipes

À l’occasion des Tourism Marketing Days, Atlas Hospitality a organisé son team building mensuel autour de cet évènement, notamment pour rester à l’écoute des tendances des marchés et des nombreuses in...

Air Arabia annonce une nouvelle ligne Casablanca-Rennes

Ce mercredi 28 octobre, la compagnie low cost Air Arabia Maroc a annoncé qu’elle lancera une nouvelle liaison entre Rennes et Casablanca, à partir du vendredi 18 décembre 2020. Dans un communiqué...

39,5 milliards de dirhams d’exportations de produits alimentaires

Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eau...

Fonction publique : quelles marges de manœuvre ?

En 2021, la masse salariale culminera à 140 milliards de DH (y compris les prestations sociales) co...

Dette du Trésor : qui sont les créanciers du Maroc ?

La crise économique provoquée par la pandémie du coronavirus a engendré des dépenses importantes po...

PLF 2021: l'opposition relève un «manque d'audace»

La première partie du projet de loi de finances (PLF) est en cours d’examen cette semaine au Parlem...