Aller au contenu principal

L’externalisation des polycliniques CNSS fait jaser

Le torchon brûle entre l’Union marocaine du travail (UMT) et le ministre du Travail Mohamed Amekraz à propos de l’externalisation des polycliniques de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). Le syndicat a organisé un sit-in pour protester contre le souhait du gouvernement de réviser le statut de ces polycliniques. De l’autre côté, Amekraz semble déterminé à aller au bout de sa mission et s’appuie sur l’article 44 de la loi relative à l’assurance maladie obligatoire (AMO) pour y arriver.

Par Mohamed L., Publié le 07/10/2020, mis à jour le 07/10/2020
Teaser Media
CNSS

La mise en conformité juridique des polycliniques CNSS continue de faire polémique. Alors que le ministère du Travail et de l’insertion professionnelle appelle à accélérer la cadence pour la mise en conformité juridique de ces établissements, ce dernier se confronte à un non catégorique de l’Union marocaine du travail (UMT). Le syndicat dirigé par Miloudi Moukharik refuse la cession de ces établissements médicaux qui représentent «un acquis pour les salariés et leurs familles», rapporte le quotidien Aujourd’hui le Maroc dans son édition du mercredi 7 octobre 2020.


De son côté, le ministère appuie sa position par les dispositions de l’article 44 de la loi 65-00 relative à l’Assurance maladie obligatoire (AMO). L’article en question interdit «à tout organisme gestionnaire d’un ou plusieurs régimes d’AMO de cumuler la gestion de l’assurance maladie avec celle d’établissements assurant des prestations de diagnostic, de soins et d’hospitalisation et/ou des entreprises ayant pour activité la fourniture de médicaments, de matériels, dispositifs ou équipements médicaux».


 

Une demande bloquée à plusieurs reprises


Le ministère du Travail avait expliqué que l’option de la gestion déléguée pour la CNSS avait déjà été proposée à maintes reprises sans qu’elle ne puisse aboutir. Ce fut le cas en 2007, faute de caution de la part de l’adjudicataire et en octobre 2012, en raison de l’incompatibilité des offres.


Des refus qui ont poussé le gouvernement à approuver un nouveau projet de loi (n° 143.12) visant à proroger le délai du 31 décembre 2012 (2e prorogation) au 31 décembre 2014, mais sa copie a été modifiée durant son passage au Parlement et n’a pas été approuvée.


 

Une banque d’affaires pour étudier la situation de chaque polyclinique


Le gouvernement a décidé que la CNSS élabore un cahier des charges afin de sélectionner une banque d’affaires pour étudier séparément la situation de ces cliniques. Dans ce cas de figure, trois scénarios se présentent : une gestion déléguée, un partenariat public-privé ou une cession, rapporte les Inspirations éco dans son édition de ce mercredi.


Le syndicat redoute qu’en cas de cession, le secteur privé pratique des tarifs élevés, ce qui porterait un coup dur aux patients fidèles depuis plusieurs décennies aux services des polycliniques.


Pour rappel, la CNSS dispose de 13 polycliniques : 5 à Casablanca (Derb Ghallef, Hay Hassani, Inara, Ziraoui et Bernoussi), et 8 dans les villes de Kénitra, Tanger, Marrakech, Settat, Oujda, El Jadida, Mohammedia et Agadir. Ces polycliniques ont toutes été inaugurées entre 1979 et 1990.


 


 


  • Partagez

Covid-19 : la France instaure la 2e vague de confinement

Avec un bilan épidémiologique quotidien dépassant les 33.000 contaminations et les 300 morts, la Fr...

Covid-19 : un bilan épidémiologique bimensuel préoccupant

Selon Abdelkrim Meziane Belfkih, chef de la division des maladies ambulatoires au ministère de la S...

Laftit : le Maroc jouit d’un climat de sécurité grâce à la vigilance des services compétents

Ce mardi 27 octobre, lors de la séance hebdomadaire des questions orales à la Chambre des conseillers, Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a dressé le bilan des interpellations des individus i...

Une ONG musulmane dissoute en France

Ce mercredi 28 octobre en France, l’ONG humanitaire musulmane BarakaCity a été dissoute en Conseil des ministres. Selon Gérald Darmanin, ministre français de l’Intérieur, cette association «incitait à...

Coronavirus : Tanger renforce ses restrictions

Face à l’augmentation du nombre de ses contaminations au nouveau coronavirus, la ville de Tanger sera soumise à de nouvelles mesures de restrictions, à l’instar des villes de Tétouan et de Casablanca....

Prison locale de Tiflet 2 : un gardien tué par un présumé terroriste

Ce mardi 27 octobre, un employé de la prison locale de Tiflet 2 a été tué par un détenu. Selon un communiqué du Procureur du Roi près la Cour d’appel de Rabat, le Parquet général a ordonné l’ouverture...