Aller au contenu principal

Exécution de la peine de mort : le dossier revient sur le devant de la scène

L’assassinat tragique du petit Adnane à Tanger a relancé le débat sur l’applicabilité de la peine de mort au Maroc. Sur les réseaux sociaux, plusieurs citoyens ont souligné leur indignation face à cet acte barbare et exigent la peine maximale pour tout viol contre mineur. De l’autre côté, des militants des droits de l’Homme réfutent un retour à l’exécution de la peine de mort dans le pays. Ces derniers se basent dans leur choix sur les expériences actuelles, notamment aux États-Unis où l’exécution de cette sentence n’a eu aucune incidence sur les crimes de viol d’enfants.

Par Mohamed L., Publié le 15/09/2020, mis à jour le 15/09/2020
Teaser Media
Peine de mort

Le Maroc doit-il abolir la peine de mort ? Cette question est revenue à l’ordre du jour le week-end dernier à Tanger après la mort du petit Adnane (11 ans). Le petit garçon a été violé puis retrouvé mort par la police judiciaire de la ville du Détroit. Un événement qui a profondément ému et choqué la toile. «Faire preuve d’humanisme ne veut pas dire faire preuve de laxisme envers les criminels. Tous ceux qui sont contre la peine de mort n’ont surement jamais été endeuillés par la perte d’un des leurs. Ils n’ont jamais subi l’atrocité de voir leur propre chair se faire violer et se faire assassiner pour le plaisir d’un monstre. La compassion devrait être pour les victimes et non pour les criminels», peut-on lire dans un commentaire sur Facebook. Un avis partagé par plusieurs centaines de milliers de Marocains. Une pétition avait été lancée sur internet et appelle à l’exécution du tueur de Adnane. Une pétition qui a été signée près de 170000 fois.

 

Un amendement au projet du Code pénal demandé

À la suite de cet événement tragique, plusieurs internautes ont appelé à introduire des amendements au projet du Code pénal dont le Parlement est saisi afin de prévoir l’application de la peine de mort pour les crimes de viol, en particulier ceux associés à un meurtre avec préméditation, rapporte Hespress FR. Malgré des peines prononcées par les juges, le Maroc n’a plus exécuté de peine de mort depuis 1993. D’après le quotidien Les Inspirations Éco de ce mardi 15 septembre 2020, le nombre de condamnés à mort dans les prisons est de 72 personnes, dont une femme.

Le mouvement national et le Conseil national des droits de l’Homme appellent à la suppression de cette peine dans la législation. Ils estiment que cette dernière «n’est plus acceptée par l’évolution civilisationnelle de l’humanité».

Selon Les Inspirations Éco, Le Maroc n’a pas voté en faveur de la résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies appelant à un moratoire sur la suspension de l’exécution de la peine de mort. Il n’a également pas adhéré au deuxième protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques visant à abolir la peine de mort. Une position "naturelle" du royaume puisqu’un vote "pour" serait incompatible avec le Code pénal actuel. Il faut donc modifier la loi avant de pouvoir voter librement. 

 

Une expérience qui n’a pas porté ses fruits aux USA

Dans leur position, les militants pour les droits de l’Homme se référant aux expériences des différents pays dans ce domaine. En effet, ces activistes estiment qu’il n’a pas été prouvé, à ce jour, que la mise en œuvre de la peine de mort ait réduit les crimes de viol d’enfants. L’exemple des USA est cité où les crimes liés à la pédophilie restent sur une courbe ascendante. Ils estiment néanmoins que les tribunaux doivent montrer plus de fermeté et d’autorité dans la condamnation de ces actes, puisque la probabilité de récidive sera toujours existante.

Rappelons qu’à fin 2019, 106 pays ont aboli la peine de mort en droit pour tous les délits, d’après les chiffres de l’Observatoire marocain des prisons (OMP) et 142 pays ont aboli la peine de mort en droit où ne l’avaient pas appliquée dans la pratique. Néanmoins, 56 pays continuent de suivre les principes de leur législation et appliquent cette peine.


  • Partagez

Plusieurs nouvelles professions intègrent l’assurance maladie des indépendants

Ce jeudi 24 septembre, lors de la réunion du Conseil de gouvernement, trois projets de décrets relatifs à l’assurance maladie obligatoire (AMO) ont été adoptés. Le premier, n° 2.20.657 complétant l’an...

L'eau de rose pour ne pas vieillir

L’eau de rose est l'un des produits tendance de la "cosmétique naturelle". Une essence florale disponible partout au Maroc qui est l'un des plus grands exportateurs de roses parfumées. La ca...

Un Marocain arrêté en Espagne pour blanchiment d’argent

Dans son édition de ce vendredi 25 septembre, le quotidien arabophone Assabah rapporte que le Centre national espagnol des renseignements a lancé, en coordination avec la police, mais aussi la Guardia...

Covid-19 : des batailles remportées mais pas la guerre

Bien que la pandémie du coronavirus continue de se propager au Maroc, certaines villes ont réussi l...

HCP : la situation des réfugiés passée à la loupe

Le Haut-Commissariat au Plan (HCP) a dévoilé ce jeudi les résultats d’une enquête menée sur les réf...

Ouverture des précommandes pour le nouveau Samsung Galaxy S20 FE

Samsung Electronics Co., Ltd. a récemment dévoilé le Galaxy S20 Fan Édition (FE), le dernier membre de la famille Galaxy S20. Il s’agit d’un smartphone haut de gamme conçu sur la base des attentes des...