Aller au contenu principal

Aid Al Adha : une faible demande malgré des prix "attractifs"

Malgré des prix plus ou moins bas par rapport aux années précédentes, la demande se fait rare à trois jours seulement du jour de l’Aïd. Les restrictions de déplacements annoncées le dimanche 26 juillet par le gouvernement n’arrangent pas les choses. De nombreux citoyens se sont vus obligés de rester chez eux au lieu de rejoindre leurs familles et proches durant cette période.

Par Mohamed L., Publié le 28/07/2020, mis à jour le 28/07/2020
Teaser Media
Mouton

C’est une fête du sacrifice assez triste que vont vivre plusieurs millions de Marocains ce vendredi. Les restrictions liées à l’Aïd Al Adha  empêchent un nombre important de citoyens de rejoindre leurs familles. Concernant la vente de moutons, la demande n’est pas vraiment au rendez-vous à moins de 72 heures du jour J. Pourtant, les prix sont visiblement plus bas que ceux des années précédentes, le quotidien L’Économiste rapporte, dans son édition du mardi 28 juillet 2020, que la fourchette pour des moutons de bonne qualité varie entre 1500 et 2500 dirhams, tandis que pour les petits caprins, le niveau des prix ne dépasserait guère les 700 dirhams.

«Nous avons baissé les prix face à une faible demande. Le plus important est de gagner de l’argent après des mois de vaches maigres», souligne un éleveur de bétail à l’AFP. Certaines voix sur les réseaux sociaux ont appelé à une annulation de l’Aïd cette année, mais les autorités ont fi   ni par le maintenir. «Cette fête a un impact important sur le monde rural et encore plus en cette période de crise. L’interdire aurait été une catastrophe pour le monde rural», souligne le chercheur Larbi Zagdouni.

L’an passé, le chiffre d’affaires global lié à l’Aïd al-Adha avait atteint environ 12 milliards de dirhams, selon le ministère de l’Agriculture. Si le gouvernement a décidé d’autoriser le sacrifice cette année, il a insisté sur le respect de la distanciation et le port obligatoire du masque. Cependant, des images partagées il y a quelques jours sur les réseaux sociaux inquiètent l’opinion publique. On y voit des marchés bondés d’acheteurs sans masques venus voir et négocier les prix d’achat.

Wow

Rappelons que cette année, 8 millions de têtes d’ovins et caprins ont été identifiées dans le royaume, selon les derniers chiffres de l’Office national de la sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA). Plus de la moitié d’entre eux est concentré dans l’axe Tanger-Casablanca-Marrakech, trois des 8 villes touchées par des restrictions de déplacement depuis dimanche dernier.


  • Partagez

Covid-19 : en attendant la campagne de vaccination...

Alors que plusieurs sources annoncent la date du 4 décembre pour le début de la campagne de vaccina...

Abdelhak Khiame, patron du BCIJ, cède sa place à son adjoint Haboub Cherkaoui

Dimanche 29 novembre, L’Opinion a rapporté que Abdelhak Khiame, l’ancien patron de la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) et patron du Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) d...

Violences à l’égard des femmes : les chiffres choquants du HCP

Le Haut-Commissariat au Plan (HCP) a révélé dans deux rapports différents les effets sociaux et éco...

L’UM6P de Benguérir lance la School of Computer Sciences

Ce jeudi 26 novembre, l’Université Mohammed VI polytechnique (UM6P) à Benguérir a annoncé le lancement d’une école d’ingénieurs spécialisée dans les sciences de l’informatique. Baptisée la School of C...

Vaccins et vaccination contre la Covid-19 : les objectifs du Maroc

Le Maroc cherche à atteindre l’autosuffisance en termes de production du vaccin contre la Covid-19,...

Mesures anti-Covid-19 : les écoles rappelées à l’ordre

Ce jeudi 26 novembre, le ministère de l’Éducation nationale et le ministère de la Santé ont publié un communiqué conjoint rappelant les écoles à l’ordre, suite aux dernières évolutions de la situation...