Aller au contenu principal

Crise libyenne : un nouveau round de médiation à Rabat

Une délégation libyenne est arrivée ce dimanche 26 juillet à Rabat pour discuter de la situation en Libye. Dans un effort de médiation visant à résoudre la crise dans le pays, cette délégation présidée par Aguila Saleh Issa, président de la Chambre des représentants libyenne (Est) et celle de Kahled Al Machri, président du Haut Conseil d’État (Ouest), a pour but de trouver une solution consensuelle qui mettrait fin au conflit et aux tensions croissantes dans la région.

Par H.L.B, Publié le 27/07/2020, mis à jour le 27/07/2020
Teaser Media
Crise libyenne : un nouveau round de médiation à Rabat

De nouveaux pourparlers concernant la crise libyenne vont se dérouler au Maroc. Aguila Saleh Issa, président de la Chambre des représentants libyenne (Est), est arrivé au Maroc avec une délégation ce dimanche 26 juillet. Lors de cette visite, il discutera de la situation en Libye avec des responsables marocains, dont Habib El Malki, président de la Chambre des représentants, et Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères. Yabiladi rapporte que les responsables marocains cherchent en plus à réunir autour de la même table Aguila Saleh Issa et son frère ennemi libyen, Kahled Al Machri, président du Haut Conseil d’État libyen (Ouest).

D’après Le360, Saleh est l’un des diplomates les plus impliqués dans les négociations liées à la guerre civile qui sévit dans ce pays nord-africain et œuvre depuis plusieurs années à mettre fin à la crise socioéconomique de la Libye. De plus, ce dernier soutient la formation d’un Conseil présidentiel et la tenue d'élections législatives et présidentielles. Pour ce politicien, une intervention égyptienne dans le conflit serait judicieuse, si le Gouvernement d’entente national (GEN) venait à attaquer Syrte, ville située au centre de la côte méditerranéenne de la Libye. Cependant, le Maroc s’oppose à une quelconque ingérence étrangère dans cette crise qui dure depuis près d’une décennie.

 

Une visite de haut niveau dans un contexte de tensions régionales croissantes

Plusieurs responsables libyens considèrent le Maroc comme l’un des médiateurs stratégiques dans la crise libyenne, et jugent que les accords de Skhirat de 2015 sont une base solide pour résoudre ce conflit. LeDesk rappelle que le 23 juin dernier, Nasser Bourita avait évoqué l’importance de ce traité lors d’une réunion d’urgence de la Ligue arabe. Il avait martelé que ce dernier ne devrait pas être abandonné, d’autant plus qu’actuellement il n’y a pas d’autres alternatives viables. Bourita avait aussi salué tous les efforts et initiatives visant à rapprocher les parties belligérantes de la Libye afin de rouvrir le dialogue et faire pression pour la résolution de cette crise.

Toutefois, le ministre avait avancé que le gouvernement marocain a longtemps condamné toute ingérence étrangère dans ce conflit ainsi que toute action qui porterait atteinte au statut et à la souveraineté de la Libye. Cette déclaration était intervenue dans un contexte d’escalade de tensions dans la région, et suite à la décision de plusieurs pays, dont l’Égypte, d’intervenir en Libye. En effet, près d’un mois après la tenue de la réunion de la Ligue arabe, le Parlement égyptien a approuvé, le 20 juillet, le déploiement de ses forces militaires au niveau des frontières égypto-libyennes pour lutter contre les «milices criminelles». Une décision actée par Abdel Fattah el-Sissi, président de l’Égypte, qui avait exprimé auparavant son intention de mobiliser son armée sur lesdites frontières, si la guerre en Libye venait à menacer la sécurité nationale de son pays.

De son côté, l’Assemblée nationale libyenne a fortement condamné la démarche du Caire, dénonçant qu’elle représente «une invitation illégitime de ceux qui prétendent représenter les tribus libyennes sous le couvert du “Parlement”».

Enfin, l’Égypte s’ajoute à la longue liste de pays cherchant à intervenir en Libye (Russie, Turquie, États-Unis...). Cette menace d’ingérence ne fait qu’augmenter les risques d’exacerbation de la situation dans ce pays nord-africain déchiré par une guerre civile qui dure depuis 2011 ainsi qu’une crise économique et sociale sans précédent. Avec cette nouvelle médiation marocaine, le royaume cherche en premier lieu à trouver une solution politique à ce conflit tout en préservant la dignité et la souveraineté de la Libye et de son peuple.


  • Partagez

Guerguarate : visite des leaders des principaux partis

Les chefs des huit principaux partis politiques marocains ont fait le déplacement ce vendredi 27 novembre à Guerguarate. Il s'agit des leaders du Parti de la justice et du développement (PJD), du...

Ouverture d’un consulat général bahreïnien à Laâyoune

Ce jeudi 26 novembre, le roi Mohammed VI s’est entretenu au téléphone avec le roi du Bahreïn, le cheikh Hamad Ben Issa Al Khalifa. Lors de cet échange, le Souverain bahreïnien a révélé que son pays a ...

Trois choses à retenir du passage de Jouahri à la Chambre des représentants

Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al-Maghrib (BAM), était très attendu ce mardi par les députés. Lor...

22e anniversaire de la mort de feu le roi Hassan II

Ce mercredi 9 Rabii II 1442 de l’Hégire correspondant au 25 novembre marque le 22e anniversaire de la mort du roi Hassan II. Cette journée est l’occasion de rendre un hommage à un dirigeant considéré ...

Haïti deviendra le 1er pays non-arabe et non-africain à ouvrir un consulat à Dakhla

Ce mardi 24 novembre, le ministère des Affaires étrangères a révélé que la République d’Haïti a décidé d’ouvrir un consulat général à Dakhla. Dans une lettre adressée à son homologue marocain, le mini...

Modèle de développement : le rapport sera remis au Roi en janvier au plus tard

La Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD) remettra au plus tard début janvier 20...