Aller au contenu principal

Liquidités bancaires : au moins deux ans de tension

Depuis le déclenchement de la crise, le besoin de liquidité des banques a fortement augmenté pour atteindre 100 milliards de DH en moyenne par semaine. C'est 30 milliards de DH de plus qu'hebdomadairement au premier trimestre. Ces besoins sont intégralement couverts par la Banque centrale à un taux de 1,5%. La diminution récente du taux entraînera aussi celle des taux obligataires. Cependant, la réduction du coût d'emprunt des banques ne se traduira pas mécaniquement par une baisse des taux débiteurs, l'environnement étant plus porteur de risques.

Par J.R.Y, Publié le 15/07/2020, mis à jour le 15/07/2020
Teaser Media

Bank Al-Maghrib a bien fait d’élargir les instruments de refinancement des banques. En effet, la pandémie du Covid-19 crée une pression sans précédent sur les liquidités bancaires. Le déficit hebdomadaire dépasse actuellement 100 milliards de DH. En 2018 et 2019, le besoin de liquidité des banques s’était établi respectivement à 69 et 62 milliards de DH. Par rapport au premier trimestre, le déficit s’est creusé de 30 milliards de DH. Rappelons que cette période a été marginalement impactée par la pandémie.

 

Les banques face à la circulation du cash

À partir de la deuxième quinzaine de mars et le début du confinement, les sorties de cash du système bancaire se sont accélérées. La monnaie fiduciaire a atteint 290 milliards de DH à fin mai, en hausse de 20% sur un an. Les aides accordées aux ménages pour atténuer les effets de la crise sur leur pouvoir d’achat sont en grande partie à l’origine de la forte hausse de la circulation fiduciaire. Inversement, les dépôts à vue auprès des banques se sont accrus de 8,6% sur un an suite notamment à l’amélioration de 8% de ceux détenus par les ménages et de 11% de ceux des entreprises non financières privées. Mais, cela ne compense que légèrement l’accélération de la circulation fiduciaire. Bank Al-Maghrib prévoit une exacerbation de la tension sur les liquidités bancaires au moins jusqu’en 2021 où le déficit pourrait atteindre 171 milliards de DH.

Pour couvrir leurs besoins, les banques mobilisent en moyenne 105 milliards de DH hebdomadairement auprès de Bank Al-Maghrib. Le coût de la ressource est de 1,5% depuis le dernier conseil de la Banque centrale qui a vu le taux directeur ramené de 2% à 1,5%. Cette baisse se répercutera aussi sur les taux obligataires. Ce qui veut dire que les émissions de certificats de dépôts des banques s’effectueront à des conditions plus intéressantes. Il n’empêche que la baisse du coût d’emprunt ne se traduira pas mécaniquement par une baisse des taux débiteurs, l’environnement étant plus porteur de risque. De quoi restreindre la transmission de la baisse du taux directeur aux taux débiteurs, sauf pour les entreprises qui bénéficieront des prêts relance. Pour ces dossiers, le taux d’intérêt a été plafonné à 3,5%.

 


  • Partagez

La BMCI digitalise son rapport de Responsabilité sociale des entreprises

La BMCI est la première banque marocaine à lancer sa plateforme digitale de reporting pour la Respo...

Les impayés montent en flèche dansles compagnies d’assurance

Sur la période de janvier à mai 2020, le taux d’encaissement des entreprises d’assurances a baissé ...

Ce que réserve le contrat-programme aux opérateurs touristiques

Un contrat-programme a été signé ce jeudi 6 août entre le ministère des Finances, le ministère du T...

Covid-19 : le taux de chômage au Maroc atteint son plus haut niveau depuis 2001

La pandémie du nouveau coronavirus et la crise économique qui en résulte dévastent les marchés du t...

Relance économique : la machine est en marche

Le Comité de veille économique (CVE) s’est réuni ce jeudi 6 août 2020 pour mettre en œuvre les orie...

Échanges extérieurs : allègement du déficit commercial au premier semestre

Ce vendredi 7 août, le quotidien Aujourd’hui Le Maroc a détaillé l’activité de l’export enregistrée au titre des six premiers mois de l’année 2020 au Maroc. Selon le journal, l’Office des changes...