Aller au contenu principal

Gouvernement vs entreprises : le maintien des emplois contre les subventions

Le Projet de loi de finances rectificative prévoit une subvention aux entreprises impactées par la crise du Covid-19 à condition que ces dernières conservent au moins 80% de leurs salariés déclarés à la CNSS. Une autre manière pour le gouvernement de leur mettre la pression afin de préserver les emplois dans ce contexte économique difficile.

Par Mohamed L., Publié le 10/07/2020, mis à jour le 10/07/2020
Teaser Media
El Otmani

Le gouvernement fait du "chantage aux entreprises". En effet, l’un des points phares de ce Projet de loi de finances rectificative est l’octroi d’aide aux entreprises qui maintiennent 80% du personnel déclaré à la CNSS.

Selon le quotidien Aujourd’hui le Marocde ce vendredi 10 juillet 2020, l’État a versé 2 milliards de dirhams au titre de la subvention du mois de juin au profit des salariés déclarés et 5 milliards DH à la Caisse centrale de garantie (CCG) pour accompagner les mécanismes de garantie des crédits de trésorerie pour les entreprises.

«C’est la première fois qu’une mesure du ministère de l’Économie et des Finances insiste spécifiquement sur le maintien de l’emploi. Ni Damane Oxygène, ni les Crédits Relance et TPE relance n’en ont fait une condition nécessaire à leur déblocage», note le magazine Telquel. La même source précise qu’auparavant, l’unique mécanisme contractuel entre l’État et les entreprises s’incarnait dans l’octroi du crédit Relance et Relance TPE sous condition de réserver 50% du montant de l’emprunt au règlement des fournisseurs.

 

Limiter la prochaine vague de licenciement

Aujourd’hui, les temps sont durs et la tentation de licencier est grande. D’autant plus que certaines entreprises n’ont aucune visibilité sur les mois à venir et ont dû prendre des crédits pour se maintenir en vie. Selon les derniers chiffres de Bank Al-Maghrib, la prise en charge des salariés par la CNSS, à hauteur de 2000 dirhams par mois, a bénéficié à 130000 entreprises en difficulté. La Banque centrale précise que 900000 employés déclarés à la CNSS sur 3,54 millions ont été "momentanément" écartés jusqu’au 30 juin, soit 25% des effectifs.

Cela risque de s’accentuer. Médias24 avait souligné fin juin que plusieurs entreprises ont préparé des plans sociaux pour renvoyer jusqu'au tiers de leurs effectifs. Une procédure à laquelle s’opposent catégoriquement les syndicats des travailleurs au Maroc. Ces derniers ont fait plusieurs propositions visant le maintien de l’emploi, tel que la réduction du temps de travail, la mise en place d’un système de roulement entre les équipes et le départ anticipé à la retraite pour des salariés proche de faire valoir leur droit.

«Nous ne voulons pas tuer les entreprises. Mais il ne faut pas non plus que leur survie se fasse au détriment de dizaines de milliers de salariés qui font vivre des ménages», souligne Miloudi Moukharik, secrétaire général de l’Union Marocaine de Travail (UMT). Des consultations sont toujours en cours pour trouver une solution à ces licenciements. D’ailleurs, le Chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, préside cet après-midi la première séance officielle de dialogue tripartite (Syndicats-CGEM-Gouvernement).

Une chose est sûre, il est indéniable que l’initiative du gouvernement de vouloir préserver les emplois est à saluer. Maintenant, on ignore si les entreprises vont pouvoir faire le nécessaire pour bénéficier de cette subvention de l'État. Seul l’avenir nous le dira.


  • Partagez

La BMCI digitalise son rapport de Responsabilité sociale des entreprises

La BMCI est la première banque marocaine à lancer sa plateforme digitale de reporting pour la Respo...

Les impayés montent en flèche dansles compagnies d’assurance

Sur la période de janvier à mai 2020, le taux d’encaissement des entreprises d’assurances a baissé ...

Ce que réserve le contrat-programme aux opérateurs touristiques

Un contrat-programme a été signé ce jeudi 6 août entre le ministère des Finances, le ministère du T...

Covid-19 : le taux de chômage au Maroc atteint son plus haut niveau depuis 2001

La pandémie du nouveau coronavirus et la crise économique qui en résulte dévastent les marchés du t...

Relance économique : la machine est en marche

Le Comité de veille économique (CVE) s’est réuni ce jeudi 6 août 2020 pour mettre en œuvre les orie...

Échanges extérieurs : allègement du déficit commercial au premier semestre

Ce vendredi 7 août, le quotidien Aujourd’hui Le Maroc a détaillé l’activité de l’export enregistrée au titre des six premiers mois de l’année 2020 au Maroc. Selon le journal, l’Office des changes...