Aller au contenu principal

Royal Air Maroc : un plan social sous hautes tensions

Comme annoncé la semaine dernière, la Royal Air Maroc (RAM) a décidé de réduire son trafic aérien et supprimer près de 900 postes, toutes catégories confondues (pilotes, stewards, hôtesses de l’air…). Une décision qui a été mal digérée par une partie des 600 pilotes de la compagnie aérienne marocaine et par l’Union marocaine de travail (UMT), syndicat représentant 2200 employés sur les 5000 que compte le groupe.

Par Mohamed L., Publié le 06/07/2020, mis à jour le 06/07/2020
Teaser Media
Royal Air Maroc

Jeudi 2 juillet 2020, Royal Air Maroc (RAM) a annoncé une nouvelle qui a surpris l’ensemble de ses salariés. La compagnie aérienne a adopté des mesures afin de survivre à la pandémie du Covid-19. Parmi elles, un plan de départ de 900 salariés, toutes catégories confondues (180 pilotes et 500 hôtesses seront remerciés), ainsi que le licenciement économique des salariés ayant moins de 3 ans d’ancienneté. Par ailleurs, la RAM a également privilégié les départs volontaires en faveur des salariés âgés de 55 ans et plus, avec au moins une quinzaine d’années d’expérience.

Dans son éditorial du lundi 6 juillet 2020, le quotidien Les Inspirations éco souligne que la compagnie aérienne, dont les avions sont cloués au sol depuis le début de la crise économique en mars 2020, «n’avait pas d’autres choix que de procéder à des licenciements pour continuer de survivre». Selon le journal, le fait qu’aucune date n’ait encore été fixée concernant la réouverture des frontières n’a pas rassuré les dirigeants de la RAM et a certainement renforcé sa volonté d’entamer son plan d’austérité.

 

Une décision décriée

Une chose est sûre, le plan social n’a pas été du goût des employés de la compagnie aérienne. Le site Médias24 affirme ce lundi que l’Union marocaine de travail (UMT) ne compte pas baisser les bras et défendra les droits des salariés jusqu’au bout.

«En tant que syndicat, notre position est celle de tous les Marocains, à savoir défendre les droits des 858 mères et pères de famille qui refusent de se retrouver dans la précarité. En effet, nous ne pouvons pas nous taire, car cette décision risque de faire jurisprudence pour d’autres entreprises étatiques», souligne Allal Baba Lahcen, représentant syndical des 2200 employés de la RAM syndiqués à l'UMT.

Le syndicaliste lutte pour que les personnes concernées par ces licenciements bénéficient des mêmes droits que l’opération similaire qui avait eu lieu en 2011, à savoir des départs volontaires. Pour leur part, les pilotes estiment que le problème aurait dû être traité dans le cadre d’un dialogue consensuel entre tous les acteurs et non pas d’une façon aussi brutale que celle adoptée.

Rappelons que dans le cadre de son plan social, la RAM avait annoncé également la réduction de sa flotte. Plus de 20 avions seront cloués au sol avant de décider de leur sort (vente ou location). Parmi les avions immobilisés, on retrouve 4 Dreamliners, 4 Embraer et une douzaine de Boeing 747. La RAM avait indiqué que ses pertes en chiffre d’affaires s’élevaient à 50 millions de dirhams par jour, et que cette situation était intenable.

L’unique solution qui se présente aujourd’hui devant la compagnie aérienne est de trouver un terrain d’entente avec l’UMT et l’Association marocaine des pilotes de ligne (AMPL) afin de tourner la page Covid-19 et se projeter dans le futur.


  • Partagez

Augmentation de plus de 5% des crédits bancaires au 1er semestre 2020

Les derniers chiffres de Bank Al Maghrib (BAM) font état d’une hausse du rythme de croissance des c...

Covid-19 : la situation ne s'améliore pas

Avec plus de 21.000 contaminations au coronavirus et à deux jours de l’Aïd Al Adha, le Maroc peine ...

Scènes de chaos sur les routes : ADM et le ministère du Transport dressent leurs bilans

Dans la soirée du 26 juillet, le gouvernement marocain a annoncé la suspension des voyages à destination et en provenance de huit grandes villes, notamment Tanger, Tétouan, Casablanca, Berrechid, Sett...

Hamza mon bb : Dounia Batma de nouveau devant le juge

Ce mardi 28 juillet, la chanteuse marocaine Dounia Batma, accompagnée de son mari, Mohamed Al-Turk, et de deux gardes du corps, a comparu devant le tribunal de première instance de Marrakech pour son ...

Après Mi Naima, une autre youtubeuse condamnée à la prison ferme

Ce lundi 27 juillet, le tribunal de première instance de la ville de Safi a condamné une femme quinquagénaire, ayant partagé une vidéo où elle nie l’existence du nouveau coronavirus, à un mois de...

Aid Al Adha : une faible demande malgré des prix "attractifs"

Malgré des prix plus ou moins bas par rapport aux années précédentes, la demande se fait rare à tro...