Aller au contenu principal

Bank Al-Maghrib invite les banques à libérer le crédit

Abdellatif Jouahri, Wali de la banque centrale, a annoncé le mardi 16 juin, la libération totale du compte de réserve en faveur des banques marocaines. Concrètement, cela se traduit par une injection supplémentaire de 10 milliards de dirhams au profit des banques pour leur permettre de financer l'économie. L’objectif de cette démarche est d’encourager ces dernières à octroyer des crédits aux entreprises impactés par le Covid-19. Les derniers chiffres du crédit "Damane Oxygéne" semblent encore faibles compte tenu de la forte demande des entreprises sur le marché.

Par Mohamed L., Publié le 17/06/2020, mis à jour le 17/06/2020
Teaser Media
Jouahri

Ouvrir davantage le robinet des crédits pour soutenir les entreprises, c’est la demande formulée ce mardi par le Wali de la banque centrale, Abdellatif Jouahri, aux banques marocaines. En effet, Bank Al Maghrib (BAM) a décidé de libérer intégralement le compte de réserve au profit des banques. «La réserve était à 2%, nous avons décidé de la ramener à 0%. C'est à peu près de 10 milliards de dirhams au profit du système bancaire national», a souligné Jouahri lors d’une conférence par visioconférence à l'issue de la deuxième réunion trimestrielle du Conseil de BAM.

Cette annonce devrait pousser les banques à s’ouvrir davantage sur les octrois de crédit. Or, cela ne se traduit pas en actions assez palpables sur le terrain. Sur les 216000 entreprises affiliées à la CNSS à fin février 2020, plus de 134000 ont déclaré être affectés par la pandémie du Covid-19. Seulement 27551 entreprises ont pu profiter du crédit "Damane Oxygéne", ce qui représente 20,5% des entreprises en crise et 12,75% de l’ensemble des entreprises affiliées à la CNSS. L’industrie vient en tête des secteurs bénéficiaires, avec environ 30%, suivie du secteur du commerce et du BTP avec respectivement 22%.

 

Des conditions d’octroi difficiles

D’après La Vie Eco, les conditions d’octroi de crédits sont contraignantes. Parmi les obstacles qui se présentent aux entreprises : la multitude de documents demandés, «en cascade et non en one shot. Ce qui rallonge les délais d’octroi du crédit alors que l’urgence n’est plus à démontrer», rapporte l'hebdomadaire.

Même après avoir fourni toutes les pièces demandées, les entreprises sont priées de patienter avant de recevoir une réponse finale. Une attente qui peut durer jusqu’à 2 mois et demi dans certains cas (Bank Al Maghrib préconise une réponse en 5 jours ouvrés).

Selon la même source, des clients se sont tellement heurtés à ces procédures jugées "draconiennes", qu’ils ont fini par tourner le dos à ce type de crédit et demander de l’aide financière à leurs familles et entourages. Le ras-le-bol est donc général.

Rappelons que le président de la CGEM, Chakib El Alj, avait envoyé fin mars dernier une correspondance au GPBM dans laquelle il invitait les banques à «jouer le jeu». «Les mesures énoncées par le GPBM sont construites, dans leurs principes, pour répondre à la situation et ainsi accompagner notre tissu d’entreprises à traverser cette crise exceptionnelle. Toutefois, nous observons des écarts et des situations en décalage avec ces principes. L’impact de ces écarts, s’ils ne sont pas rattrapés, pourrait être fatal à de très nombreuses entreprises, pourtant aptes à retrouver leur rythme de croisière après cette crise (générant ainsi un niveau de casse sans précédent, et qui laissera une empreinte économique et sociale indélébile)», prévient le patron des patrons.

 

Les entreprises pas toujours exemptes de reproches

Damane Oxygène est un dispositif temporaire de soutien à l'activité des sociétés impactées par la crise sanitaire. Il ne se justifie que dans un cadre particulier et doit malgré tout faire l'objet d'une analyse de solvabilité et de pérennité. Ce n'est pas un chèque en blanc accordé à toutes celles qui en font la demande.

Maroc Hebdo, quant à lui, souligne qu’un blocage réside au niveau de la Caisse centrale de garantie (CCG) qui couvre 95% du montant du crédit. La raison de ce blocage ? Certaines entreprises ont pu obtenir des crédits auprès de différentes banques. Cette situation impose la nécessité de créer un système interbancaire permettant de vérifier si le client a déjà demandé ou obtenu la garantie Oxygène ailleurs.

Avec les annonces de BAM et le lancement du produit "Damane Relance" ce lundi 15 juin, l'on s'attend à ce que les organismes bancaires ayant déjà pu régler les problématiques soulevées avec "Damane Oxygène" puissent être plus réactifs . 


  • Partagez

Benchaâboun dévoile les dessous du Fonds d’investissement stratégique

Ce mardi 11 août, lors de la réunion de la Commission des finances, à la Chambre des représentants, Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration, a pr...

Tourisme : pas de visibilité sur la date de l’ouverture des frontières

Dans son édition de ce mardi 11 août, le quotidien l’Économiste a publié une interview avec Nadia Fettah Alaoui, ministre du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport aérien et de l’Économie sociale. Par...

Covid-19 : les Marocains appréhendent les risques d’une 2e vague épidémique

Le monde a dépassé le seuil des 20 millions de contaminations au coronavirus cette semaine. Pour l’...

Realme lance son nouveau smartphone et les Buds Air Neo

Présent dans 59 pays dans le monde, Realme a réalisé une croissance de 11% au 2e trimestre 2020 et a enregistré ainsi la plus forte croissance au monde. Dédiée aux jeunes, la marque Realme intègr...

Les propriétaires de cafés et restaurants ne s’en sortent pas

La reprise d’activité après le confinement est très compliquée pour les propriétaires de cafés et d...

Une association d’avocats se place aux côtés de la victime présumée d’Omar Radi

Samedi 8 août, l’Association de défense des droits de l’Homme (ADDF) à Tétouan, qui réunit plusieurs avocats, a publié un communiqué exprimant son soutien à la victime présumée du journaliste Omar Rad...