Aller au contenu principal

Covid-19 : le gouvernement enlève une épine du pied des entreprises

Le dernier Conseil de veille économique a annoncé la révision et l’assouplissement de Damane Oxygène. Malgré la garantie de l’État couvrant jusqu’à 95% des crédits de trésorerie demandés par les entreprises pour faire face à la crise, certaines banques exigeaient des sûretés supplémentaires. Désormais, aucune autre garantie ne sera exigée. La mise à jour de Damane Oxygène rentre aussi dans le cadre des mesures de relance de l’économie en favorisant le redémarrage des TPE, des PME et des entreprises de taille intermédiaire (ETI).

Par J.R.Y, Publié le 11/05/2020, mis à jour le 11/05/2020
Teaser Media
Conseil de Veille économique

Pour faire face à la crise engendrée par la pandémie coronavirus, le Maroc a très rapidement mis en place un fonds destiné à la gestion de la pandémie d’un montant initial de 10 milliards de DH. La solidarité nationale a permis de multiplier par 3,5 la taille de ce fonds selon les dernières informations disponibles.

Le gouvernement, à travers la Caisse centrale de garantie (CCG), a également instauré un fonds de garantie (Damane Oxygène) afin de couvrir à hauteur de 95% les crédits de trésorerie dont les entreprises touchées par la crise auront besoin pour passer le cap. Malgré cette garantie, certaines banques exigeaient des sûretés supplémentaires, ont rapporté différents journaux.

 

LE CVE clarifie les choses

Dans ce contexte, le dernier Conseil de veille économique (CVE) a annoncé la révision et l’assouplissement de Damane Oxygène. Ce changement rentre aussi dans le cadre des mesures de relance de l’économie. Il favoriserait une amélioration des conditions d’accès au financement pour le redémarrage en faveur des TPE, des PME et des entreprises de taille intermédiaire (ETI). Ainsi donc, Damane Oxygène sera prorogé jusqu’au 31 décembre et plus aucune garantie supplémentaire ne sera exigée aux entreprises éligibles. Jusqu’ici les mesures de soutien couvrent les professionnels, les ménages, les TPE, PME, ETI.

Cependant, certaines grandes entreprises sont également durement affectées par la crise. Celles-là (entreprises réalisant un chiffre d’affaires de plus de 500 millions de DH) seront intégrées dans un dispositif approprié pour le financement de la relance. Les mécanismes et les modalités opérationnelles de ce dispositif seront finalisés incessamment par un comité constitué par le Ministère de l’Économie des Finances, Bank Al Maghrib, la CGEM et le GPBM.

Les entreprises publiques ne seront pas en reste. Certaines sont fragilisées par la crise et la plus visible aujourd’hui est Royal Air Maroc. Comme pour les compagnies étrangères, l’État devra trouver les mécanismes adéquats pour permettre au transporteur national de se relever de cette crise qui a déjà fait énormément de dégâts dans le secteur aérien à l’international.


  • Partagez

Ce qu’il faut retenir de la rencontre Benchaaboun-CGEM

Le ministre de l’Économie, des Finances et de la réforme de l'administration, Mohamed Banchaâboun, ...

La fusion Atlanta - Sanad approuvée

Ce lundi 1er juin, un conseil d’administration a approuvé la fusion-absorption entre Atlanta Assurance et sa filiale Sanad. Atlanta devrait officialiser ce projet dans quelques heures. Cette fusion...

Tourisme : toujours pas de visibilité sur la réouverture des frontières

Alors que la méthode de déconfinement des citoyens est en cours de réflexion, le flou persiste sur ...

Covid-19 : la CNT met la lumière sur la tourmente du tourisme

La Confédération nationale du tourisme (CNT), au nom de tous les acteurs du tourisme qu’elle représente, tient à alerter sur l’état d’incertitude dans lequel se trouve le secteur. En effet, depuis le ...

La performance de l’OCP montre une résilience à la crise sanitaire

Dans son édition de ce lundi 1er juin, le quotidien Aujourd’hui le Maroc rapporte que malgré la crise, le Groupe OCP réussit à se maintenir dans la bonne direction. En effet, selon ses résulta...

Exportations : le Maroc perd 20 milliards de dirhams en 4 mois

Ce lundi 1er juin, le quotidien Aujourd’hui le Maroc rapporte que l’impact du nouveau coronavirus a été ressenti sur la balance commerciale du royaume. En effet, à l’exception de la stabilité des...