Aller au contenu principal

La COPAG investit dans l'introduction des nouvelles technologies

Par H.L.B, Publié le 05/05/2020, mis à jour le 05/05/2020
Teaser Media
La COPAG investit dans les nouvelles technologies

Fidèle à son orientation stratégique visant à préserver l’environnement, la coopérative agricole Copag-Jaouda vient de lancer une nouvelle station d’épuration de l’eau, du nom de "Green CIP". C’est une première en Afrique et la deuxième de son genre dans le monde, mobilisant un investissement de 300 millions de centimes, et un coût d’exploitation de 1 million de dirhams par an.

"Green CIP" a pour objectif de nettoyer les eaux usées produites par les unités de production de Copag-Jaouda de la région de Aït iaaza, en les débarrassant de certains produits chimiques utilisés dans la stérilisation et la désinfection, ce qui permet de réutiliser ces eaux dans l’irrigation des cultures, et de recycler les produits chimiques récupérés. Cette technologie permet également l’économie de l’eau et de l’énergie.

L’engagement de Copag-Jaouda dans des projets de préservation de l’environnement a commencé très tôt, d’abord avec l’installation de stations météorologiques qui permettent d’envoyer aux agriculteurs des messages leur indiquant la quantité d’eau à utiliser pour irriguer leurs cultures, en fonction de la météo et de l’humidité ou de la sécheresse de l’air, leur permettant ainsi d’en économiser.

Il y a également l’expansion de la station d’épuration de la coopérative, pour un budget total de 24 millions de dirhams, et qui a permis d’augmenter la capacité de la station de 1000 tonnes et de la faire passer à 2500 tonnes d’eaux usées traitées. Cette station opère selon une technologie canadienne adoptée pour la première fois au Maroc, et son coût mensuel d’exploitation s’élève à 700000 dirhams par mois, soit environ 11 dirhams par mètre cube d’eaux usées.

L’adoption de l’énergie solaire est aussi un des principaux axes dans lesquels investit la coopérative Copag-Jaouda. L’objectif est de couvrir très prochainement une partie importante des besoins énergétiques de ses unités industrielles grâce aux installations d’énergie solaire.

Enfin vient la protection des cultures en adoptant la rationalisation des pesticides et la lutte intégrée pour la préservation de l’environnement et la pérennisation des ressources naturelles.

Pour conclure, les répercussions de la pandémie dont souffrent notre pays et le monde, ont bien montré que la stratégie adoptée par la coopérative agricole Copag-Jaouda était pour le moins visionnaire et proactive, ce qui lui a permis d’être hautement préparée pour faire face à de tels incidents et qui a renforcé la conviction de ses dirigeants que la préservation de l’environnement est l’un des éléments les plus importants de la durabilité de toute activité industrielle.


  • Partagez

Electroplanet devient une référence en e-commerce

Fort de ses 12 ans d'expériences dans le métier et n’°1 au Maroc en magasin spécialisés en électroménager/TV/HI-FI/Multimédia, Electroplanet a investi le digital avec force et savoir-faire. En 2018, l...

Automobile : Le secteur prend un virage serré

La crise du Covid-19 pourrait durablement fragiliser le secteur automobile qui emploie 250.000 pers...

Le roi Mohammed VI ordonne le soutien de la relance du secteur privé

La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a tenu, en présence de Mohamed Benchaâbou...

Bilan agricole, préparatifs pour Aïd Al-Adha : Akhannouch rassure les marocains

Les prévisions pour la campagne agricole en cours n’étaient pas empreintes d’optimisme. La rareté d...

Pourquoi la CGEM veut reporter l’augmentation du SMIG ?

La CGEM a élaboré un ensemble de propositions dans le cadre de son plan de relance de l’économie na...

Relance de l’économie : les priorités du CMC

Le PIB va baisser de 4,3% selon les dernières estimations du Centre marocain de conjoncture (CMC). ...